Tuesday, January 10, 2006

बरीच वर्ष टाळम्टाळ करून शेवटी मराठीमध्ये काहीतरी लिहिण्याचा प्रयत्न करत आहे. पाहुयात किती जमतय ते. माझे नेहमीच असे म्हणणे असते की जरी एखादी व्यक्ति इन्ग्रजी माध्यमात शिकली असली तरी त्या व्यक्तीस आपल्या मात्रुभाषेत लिहिता-वाचता येणे काही अवघड नाही. त्यामुळे दर थोड्या दिवसान्नी एक 'पोश्ट' लिहीण्यास फ़ार त्रास होणार नाही अशी आशा आहे.

आता थोडे नावाबद्दल.

भुर्जी! भुर्जी का?, अस एखादा (कि'वा एखादी) विचारू शकेल.

तर तात्विक पातळीवर जाऊन विचार केल्यास हे नाव एखाद्या मनुश्याच्या निरागसतेचा हा समाज कसा चोथा करतो ह्याचे प्रतीक समजले जाऊ शकते. आर्थिक पातळीवर जाऊन विचार केल्यास हे नाव नैसर्गिक सम्पत्तिचे मनुष्य कसे वाट्टोळे करून टाकतो ह्याची खूण समजले जाऊ शकते. राजनैतिक पातळीवरून विचार करता हे नाव स्वदेशिचा नारा समजले जाऊ शकते.

पण वाचकहो! असल्या कुठल्याही पातळीवर उडी न घेता खर-खुर सान्गायच तर हे नाव माझ्या भुर्जी-प्रेमी पोटाचे व जिभेचे एक कुटील कारस्थान आहे!

तर मी काय म्हणतो..........

20 Comments:

Blogger Nandan said...

गौरव, मराठी जालनिशी-विश्वात (ब्लॉगविश्वात) स्वागत.

3:56 PM  
Blogger Rushikesh said...

सहीच रे गौरव !!!
तर मी काय म्हणतो....प्रयत्न छान आहे !!!
पहीली पोस्ट पण जकास !!

6:59 PM  
Blogger Ajit said...

परीच्छेद क्रमांक ४ मला एका भिंगारे नामक व्यक्तिची आठवण करून देतो :-).

कीप इट अप!

7:29 PM  
Blogger Nandan said...

कोण रे हे भिंगारे, अजित? कुठले नाटकातले किंवा लेखातले पात्र आहे का? थोडे थोडे आठवल्यासारखे वाटते आहे पण नक्की आठवत नाही.

7:38 PM  
Blogger Shailesh S. Khandekar said...

गौरव,
अभिनंदन! आपले बहारदार लेख मराठीतुन वाचता येतील ही मोठी जमेची बाजू आहे.

8:00 PM  
Blogger Akira said...

Gaurav,

Tujhya marathi lekhanakarata majhya manapasun Shubheccha!... :) Bhurji navabaddalche vivechan awadale...

Thanks for the kind words and mention about my Marathi blog...

8:19 PM  
Blogger Nilesh said...

Gaurav,

mi tujha 'vingraji' blog roj vachato. tyat ajoon ek hya blog chi bhar.

koni mala he sangu shakel kay ki marathi devnagari madhe comments/posts kashe lihayche? font etc cha kay karava lagta?

tula hya naveen blog saathi hardik shubheccha!!

lihit raha.amhi vachat rahoo!!

nilesh

8:46 PM  
Blogger Kaustubh said...

bravo! me nehamee mhaNato ke me engraji shaLet shikoon soodhha maze marathi baryach marathi lonkanpeksha changale ahey (ahem!). tuza marathi blog chaa oopakram nischit changala ahey! tuzya marathi blog laa shubhechha. engrajee blog tar chhan ahech, marathi puN changalaa asel yaat vaad naahi. abhinandan.

8:52 PM  
Blogger bA said...

hello,

even i am interested in bloggin in devnagri script.

could you plz give me a brief idea about how to go abt it?


thanks!

9:09 PM  
Blogger nku said...

मी आत्ताच Dinnerमधे भुर्जी खाल्लीय, so I can connect very well with your कुटील कारस्थान! Good one. Keep writing. जय महाराष्ट्र! जय बिहार! जय तामिळनाडू! जय!

10:14 PM  
Blogger Gaurav said...

Protsaahanaabaddal dhanyawaad.

Nilesh and ba, I myself am a bit new to this blogging in Devnaagri business. I use a software called baraha (free download at baraha.com) which allows you to type with an english keyboard, and it gives output in unicode and a few other formats. Unicode works on blogger for sure, as on most updated browsers.

3:41 AM  
Blogger Gaurav said...

नन्दन, भिन्गारे हा माझा आणि अजीतचा COEP मधला वर्गमित्र.

3:44 AM  
Blogger Nikhil Kulkarni said...

Yha sarvanni Marathi font madhye kase kai comment dile he kahi kaylat nahi.. Sanga please

Coming to the point - aa[an vaparlela font size barach lahaan aahe .. vaachayla traas hoto

6:43 AM  
Blogger Neela said...

Hey gaurav

congrats. is it possible to have some english translations too on your blog for those of us who want to read marathi but are not fluent??

cheers

n!

9:32 AM  
Blogger Abhishek said...

ok, maybe writing in devanagari is a little beyond me for the moment, but who cares, maajhaya sarva shubhechaa tujhaya barobara aaheeta.

9:48 AM  
Blogger Nandan said...

This link (http://marathiblogs.net/node/24) should be useful for writing in Marathi.

2:52 PM  
Blogger Raphaël Zacharie de Izarra said...

Deux textes sur Calcutta

1 - MISERE

(Voici une vision issue des flâneries étranges de ma pensée. Précisons que la rue où j'habite consiste en un escalier antique, dans le quartier historique du Vieux-Mans, sur des remparts gallo-romains.)

Un matin en sortant de chez moi, mon univers changea inexplicablement.

En ouvrant la porte donnant sur l'escalier public, je passai de l'ombre feutrée à la lumière brutale. Le choc. Dans la rue, un soleil cru, inhabituel. Chaleur suffocante, atmosphère dantesque. Partout, des maisons vétustes, délabrées, tristes, aux fenêtres cassées, opaques, aux briques noircies par la saleté.

L'escalier huppé était devenu de larges marches anonymes, brisées par endroits, jonchées de détritus, couvertes de poussière. Sans aucun intérêt architectural. D'un coup je conçus tout ce que sous-tendait ce lieu terne : le règne de la misère.

De cet escalier émanait une tristesse infinie, un désespoir affreux, une odeur de mort. Image fidèle d'un quartier calamiteux de Calcutta au dix-neuvième siècle. Le Mans était devenue une atroce Calcutta.

(Je parle bien sûr non pas de la flatteuse Calcutta, refuge des Arts et des Lettres, mais de l'autre, de l'ignoble Calcutta, asile d'une extrême, révoltante misère : célèbre image stéréotypée renvoyée au monde entier.)

Décor désespérant : là, l'électricité n'existait pas, n'avait jamais existé. Ni l'élémentaire confort citadin. J'étais dans une ville sans voitures, sans magasins, sans néons, sans FNAC, sans panneaux publicitaires, sans plus rien de ce qui était mes repères habituels. Tout avait disparu. C'était ça ma ville.

En haut de l'escalier, un spectre : un enfant portant des lambeaux de vêtements. Crasseux, pouilleux, avec un corps famélique... Misérable mais encore souriant. Un autre petit être décharné le suivait. Ils se mirent à jouer avec des cailloux, des morceaux de bois sales. En bas des marches, un vieux mendiant en train de mourir dans une banale indifférence. Des silhouettes en haillons passaient devant lui. A ses pieds, une sébile de bois. Vide.

Misère.

J'explorai la ville. Au lieu de la place centrale et ses beaux édifices, ses lumières, ses boutiques de luxe, ses halls nets, au lieu de tout cela, une cour des Miracles, un mouroir à ciel ouvert, une assemblée de lépreux, d'éclopés, de morts-vivants... Des gueux fantomatiques errant sous une insupportable chaleur, dans des odeurs incertaines. Charognes, tanneries, effluves de cuisine immonde ? Impossible de savoir.

Plus loin dans la rue Gambetta je passai devant une boulangerie sordide, un trou à rat. Je devinais tout à la simple vue des choses : pain fade au goût de sciure. Le seul pain qu'on pût manger dans cette ville. Avec des pommes aigres qu'il fallait cueillir sur les bords nauséeux de la Sarthe. Le pain et les pommes sauvages, uniques aliments de ce monde... Et ce pain, je ne pouvais le manger : trop pauvre je me découvrais. Cela dit, je savais confusément qu'on me laisserai prendre de ce pain, invendu, devenu dur comme du bois.

Misère. Misère. Misère.

Condamné à vivre dans ce monde pour le reste de ma vie, je regardais en face l'insupportable vérité. C'était inéluctable, irréversible, terrible comme un verdict tombé du Ciel. Impossible d'échapper au destin. Je devais me résoudre au sort, survenu du jour au lendemain sans aucune explication.

Accepter ma nouvelle condition était la seule chose concevable, conscient que le monde laissé derrière moi était définitivement perdu. Plus d'Internet, plus d'électricité, plus d'aliments variés, plus jamais. Plus de boissons fraîches diverses, ni de lit confortable, ni de sécurité... Plus rien de tout cela. Il me fallait désormais vivre comme un mendiant de Calcutta du dix-neuvième siècle dans un monde d'ordures, de fange, de faim, d'absolu dénuement.

Je mesurais l'horrible détresse de ma situation. Des millions d'hommes ayant vécu une semblable misère défilaient en mon esprit. J'étais devenu leur frère d'infortune. A la différence qu'eux n'avaient connu que ça toute leur vie. Moi, j'expérimentais l'état extrême de la pauvreté, après avoir connu l'état extrême de la richesse. C'était d'autant plus cruel que rien ne m'avait préparé à ce mystérieux bouleversement de mon existence : en ouvrant la porte de chez moi, j'étais passé de manière parfaitement incompréhensible d'un monde d'abondance, de nantis repus à un monde d'affamés, de malheur.

J'étais en train de vivre ce qu'avaient vécu ces millions de déshérités. La misère n'était plus une abstraction. J'étais là, à la place de ceux qui l'avaient vécu dans leur corps, leur âme. La misère, la vraie, l'authentique, celle endurée par des hommes de ce monde, de cette Terre, de cette Humanité, la misère éprouvée dans leur chair, dans leur vie quotidienne, la misère maudite...

Cette misère-là, je la vivais à cet instant et pour toujours, sans espoir de retour. Je la vivais dans cette ville qui était la mienne, dans cette cité décrépite qui s'appelait Le Mans, qui était concrète, pleine de crasse, de grisaille, de détresse, qui n'était ni un rêve ni une conception virtuelle, mais une ville d'hommes.

J'étais en enfer.

=======

2 - L'EVEIL

L'homme étendu à même le sol contemple la voûte étoilée, l'oeil noyé dans l'infini. Il sait le spectacle ultime. Tout à sa béatitude, il se laisse aller au vertige avec des sourires doux et désespérés. Le sentiment d'absolu qu'il ressent face aux étoiles éparpillées dans la nue est à la hauteur de sa détresse. A la vue des astres scintillant dans la nuit, une ivresse inédite l'envahit.

Résigné, il admire les étoiles, n'ayant plus rien d'autre à faire. Comme s'il attendait une porte ouvrant sur quelque éternité.

Depuis la boue séchée où il est allongé, la beauté du monde lui apparaît magistrale, suprême. Inénarrable. Cet homme a conscience d'être. Aussi s'attarde-t-il sur le ciel nocturne, l'âme de plus en plus légère, le corps de moins en moins présent. Puis il tourne la tête sur le côté. Sur le tas d'immondices où il agonise dans l'indifférence générale, il distingue son bras squelettique, sa main comme une poignée d'os, son flanc décharné, sa peau lépreuse. Déconnecté de ses étoiles, il reprend immédiatement contact avec l'abjecte réalité. Alors il décide ne ne plus voir que le ciel : dans un geste dérisoire et pathétique il détourne le regard du sol et le dirige définitivement vers le cosmos, le corps comme un haillon, l'âme comme une flamme.

C'est un sans-nom de Calcutta né dans la misère, fait pour la misère et crevant dans la misère. A quelle époque sommes-nous ? Quel âge a ce malheureux ? Peu importe ! C'est une ombre qui gît dans un coin de l'enfer terrestre parmi ses semblables passifs, sourds à sa souffrance. Cet homme qui a toujours connu la misère, le malheur, la faim, le désespoir accède ce soir à la beauté de manière fulgurante, la sensibilité exacerbée par l'approche de la mort. Le ventre vide, le corps malade, le moribond s'extasie sans bruit sur le mystère de cet univers où il a enduré son long calvaire de miséreux. Venu sur terre pour souffrir, il interroge longuement le ciel sur sa terrible destinée, magnifiquement réconforté par les lumières de la nuit cependant.

Puis dans un râle d'agonie pitoyable, atroce et presque insignifiant tant le monde qui l'entoure est insensible à son sort, l'inconnu au corps nu rend l'âme les yeux fixés sur le firmament.

Textes de RAPHAEL ZACHARIE DE IZARRA

raphael.de-izarra@wanadoo.fr
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
FRANCE
Téléphone : 02 43 80 42 98
Freebox : 08 70 35 86 22

3:10 AM  
Blogger Akshay Rajderkar said...

पुणेरी भाषेत संगायचा झाल तर सहीच लिहिलाय्स। चांगला स्क्रेप आहे।

4:39 AM  
Blogger shailesh said...

Awesome thought yaaaaaar. I likeeee lot. U know gaurav i also write comment in Marathi but will do next time.

10:37 PM  
Blogger Kishor said...

nice posts.

1:55 PM  

Post a Comment

<< Home